Your browser (Internet Explorer 7 or lower) is out of date. It has known security flaws and may not display all features of this and other websites. Learn how to update your browser.

X

Navigate / search

Moi, Amitié Franco Malgache

Moi,

 «AMITIE FRANCO MALGACHE », prénom  « FIHAVANANA »

née le 02 AVRIL 1993 à Montpellier…. 21 ans déjà !.

 

 Je voudrais vous conter une histoire merveilleuse, une histoire d’amour, une histoire à suspens…

Comme je viens de vous le dire, je suis née il y a maintenant vingt et une années. Lorsque je regarde le chemin parcouru, je ne peux m’empêcher de penser à toutes ces rencontres qui m’ont aidé à grandir. Des rencontres avec des gens formidables qui, aux moments les plus critiques, se présentent, apportent une solution, un peu d’argent… Alors, mon action à Madagascar d’apparence fragile, repart avec encore plus de force, créant ainsi au sein de l’Association une nouvelle dynamique.

Certes, il y a toujours de nombreux fidèles qui, dans l’ombre, rajoutent un peu de charbon dans la locomotive afin qu’elle garde toujours ce souffle nécessaire pour avancer. Et puis, il y a ces rencontres sur lesquelles je ne saurais mettre un nom. Certains, les appellent « hasard », d’autres « destinée » mais, peu m’importe, ce sont des chemins qui se croisent et m’enrichissent.

Vingt et une années que cela dure !

Qui, dans les trois ou quatre premières années de ma vie, aurait cru à une telle destinée ?… Ceux qui m’ont mise au monde, le faisaient dans le but d’apporter une aide à ces femmes et enfants de l’autre bout du monde…Jusqu’en 1998, les premières actions comme l’envoi de containers, de médicaments, de semences, d’aides financières et autres, constituent l’ébauche de la grande organisation que je suis devenue.

Les années 2000 sont un virage très important dans ma vie….Ma rencontre avec mon amie APPEL, m’a ouvert les yeux sur l’étendue du travail qui m’attendait. Cela m’a donné le courage et le culot de m’attaquer seule à des actions jusque-là impensables et pourtant, oh! combien utiles…

La réhabilitation du Collège d’Antalaha est le détonateur. Les propositions d’aides affluent et de nouvelles rencontres arrivent à point nommé… et chaque fois, lorsque je me retrouve à court d’arguments, essoufflée, la caisse vide, près de l’agonie, d’un coup de baguette magique surgit d’on ne sait où un « sauveur », une « idée » et même un « coup de pouce ».

Après quelques actions de « formation », comme la rénovation de l’Ecole de NOSY VARIKA, l’aide à l’Ecole de SAHAVATO et de nombreuses autres interventions je m’attaque à un défi de taille : la réhabilitation de l’Ecole de MORONDAVA…Un budget à faire tourner la tête de mes parrains

Un budget colossal pour mes frêles épaules…La confiance, mais surtout la volonté de tous mes amis m’ont permis de m’attaquer à ce projet et de le mener à bien avec le succès que vous connaissez tous et la fierté (peu importe si mes chevilles enflent) que j’en ai retirée.

Alors que parfois je donnais l’impression de faiblir, j’ai rencontré sur mon chemin de nouveaux amis :

A Montpellier ce dynamique «COUP de POUCE»,

A Mudaison « LOS PITCHOUNS NANETS», bien que petits, m’ont apporté un grand réconfort.   Toujours à Mudaison, l’ACSM, grande amie par sa puissance et son expérience, m’a offert une aide financière des plus inattendues.

Plus loin, à FLUGBO, mes amis Suédois sont venus réchauffer mon moral et booster ma trésorerie.

Mais voilà, tout travail fatigue, use…Je me remets à sommeiller, quelques amis continuent à mettre du charbon dans la loco. Je fume encore, tousse et ronronne en attendant des jours meilleurs…Pendant ce temps, une grande partie de mes parrains sont partis, à leurs frais, sur l’île Rouge pour inaugurer l’Ecole de MORONDAVA. Le fruit d’un travail de trois longues années, on ne va pas à Mada comme ça … ! Des rencontres se font, des amitiés naissent et puis, cette joie, ces sourires éclairant le visage de tous ces enfants me disent : « remets sur le métier ton ouvrage » encore et encore…, vingt fois de suite paraît-il ! A nouveau, des projets arrivent, prennent forme, mais les caisses sont vides… ! Et l’Ecole Atrika ? Comment peut- on laisser cette Directrice porter seule à bout de bras un tel projet ? Pure folie ou inconscience …, on gratte les fonds de tiroirs, mes parrains se mobilisent et, voilà qu’au détour d’une conversation surgissent les Etablissements Renault qui m’apportent une aide financière des plus conséquentes ! les travaux peuvent reprendre à Mada. Trop vite, bien sûr, le nerf de la guerre s’épuise et moi avec… C’est alors, qu’un appel téléphonique venu de je ne sais où me surprend dans mon sommeil et miraculeusement m’invite à un vernissage au cours duquel un chèque me sera remis « pour votre action méritante et votre dévouement » me dit-on. Le Cercle des Arts et de la Culture me remet sur les rails ! les travaux en cours sont définitivement réglés.

Je ne voudrais pas oublier mes amis Malgaches, travailleurs de l’ombre eux aussi là- bas à Madagascar, sans qui rien ne pourrait se faire, sans qui mes divers projets se compliqueraient à tel point que rien ne serait possible. Tous bénévoles, j’apprécie leur participation et leurs efforts de par leur implication et l’envie d’un autre avenir pour leurs enfants.

Toutes mes Assemblées Générales, aussi sympathiques soient elles, sont quelque peu contrastées. On ne me donne guère de chance de passer l’hiver car le charbon se fait rare, dit-on dans les rangs ! Je m’essouffle … mais je garde le cap. La prochaine gare est en vue, de nouveaux voyageurs prennent place et me voilà encore toute pimpante avec mes vingt et un ans bien sonnés, plus forte que jamais… !

Alors, MERCI à toutes et à tous…..MERCI pour ces élans du cœur qui me font sans cesse avancer….. Et, enfin MERCI à tous ces sourires illuminant les visages de ces petits enfants Malgaches !

 

AFM « FIHAVANANA »

Pour vous servir !

En direct de Madagascar

JANVIER 2015, en direct de MADAGASCAR

«les travaux du pont reliant ANJA à l’école ATRIKA sont terminés….. »

« Tous les élèves, leurs parents ainsi que tous les villageois sont très contents et heureux. Nous n’avons plus à traverser la rivière…et, la peur des caïmans a disparue ! car ils existent… »

« Je n’avais jamais songé qu’un jour, un PONT relierait ATRIKA à d’autres villages et que des voitures qui sont des sources de progrès puissent aller jusqu’à l’Ecole ATRIKA située à BEAPOMBO »

« tout cela c’est grâce à vous !»

« Nos remerciements à l’AFM, à tous nos bienfaiteurs, à la NTanitsika de FIANARANTSOA (ONG anglaise relais de l’AFM pour cette action) »

« recevez nos remerciements et nos infinies reconnaissances. »

ANDRIAMAMPIONONA Andréa, Suzette Directrice de l’Ecole ATRIKA